eurity

mira lo que nos une

El padre Manuel Rivero, vicario provincial de los dominicos en Puerto Príncipe, cuenta hoy a Eurity la insalubridad de la capital haitiana en la que se amontonan los cadáveres en sus casas y calles. Nos describe también como un sacerdote encontró a 8 personas sepultadas en la Iglesia de San Luis Rey de Francia.

Port-au-Prince, le mardi 19 janvier 2010 (6h).

Bonjour,

Nous avons passé la nuit à la belle étoile car la terre continue de trembler. Des milliers de cadavres demeurent sous les maisons effondrées. D’ailleurs, il est difficile de savoir qui se trouve sous les murs et les tôles abattus des supermarchés et des facultés. A la faculté Lumière, l’odeur des cadavres a obligé les voisins à quitter leurs immeubles. Hier matin, à la paroisse de « Saint Louis roi de France », le curé me parlait de huit personnes ensevelies sous les pierres de l’église. Un de ces confrères décédé gît aussi sous les décombres d’un bâtiment paroissial.

Au CIFOR, centre de formation théologique pour les religieux, lors d’une conférence donnée par un médecin brésilien, le mardi 12 janvier 2010, à l’occasion de la réunion des religieux de la Caraïbe (Cuba, Puerto Rico, Guadeloupe, Martinique et Haïti), le bâtiment s’est écroulé. La dame médecin est morte sous les décombres. D’autres religieux sont aussi décédés. Certains se sont débattus pour survivre. Les forces de l’ONU- MINUSTAH- se sont déplacées pour extraire la dépouille mortelle du docteur brésilien. Ils ont pu le faire grâce à leur matériel tandis que la population s’évertue la plupart du temps à aider les sinistrés à mains nues. Un jeune religieux montfortain haïtien criait dans les ruines du CIFOR. On a demandé aux casques bleus de l’en sortir. Ils n’en n’ont pas voulu se contentant d’accomplir l’ordre reçu. Les religieux en ont été choqués. Quelques heures plus tard, les amis de ce jeune sont parvenus à le libérer. Le père montfortain qui l’a accompagné au moment de sa mort et qui a pu lui donner l’onction des malades me faisait part hier de sa tristesse devant un tel refus.

Dans ce contexte de mort, il y a aussi beaucoup de gestes d’amitié et de solidarité. Dans la Bible, le Cantique des Cantiques met en valeur la puissance de l’amour par rapport à la mort. Samedi prochain, j’aurai la joie –si Dieu le veut – de célébrer le mariage d’un couple qui a choisi de vivre ce sacrement malgré la disparition de l’église paroissiale. La cérémonie aura lieu dans une petite chapelle chez les sœurs de Cluny, à Sainte Rose de Lima.

En vous remerciant pour vos démarches d’amitié et de solidarité envers le peuple haïtien, je vous garde avec mes frères du Vicariat dominicain d’Haïti dans la prière à Jésus Sauveur.

Fr. Manuel Rivero O.P.

Vicaire provincial

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos chèques libellés à l’ordre de « Solidarité-Haïti » à l’adresse suivante : « Solidarité-Haïti ». Couvent des Dominicains. 20 rue des Ayres. 33082 Bordeaux Cedex. France.

Author :
Print